1 (1848)Le 24/11/2014.

Nom scientifique : Boselaphus tragocamelus

Synonyme : Antilope nilgaut.

Classe : Mammifères

Ordre : Artiodactyles

Famille : Bovidés

Description : grand bovidé à petite tête, cou large et dos bossu, avec une crinière sur le sommet du dos. Le pelage du mâle est gris-bleu, celui de la femelle est roux. Taches blanches sur la face, croissant blanc sur la gorge. Pattes antérieures plus longues et fines que les postérieures. Le mâle a une touffe de poils au niveau de la gorge. Le mâle seul dispose de cornes, au bout arrondi.

Longueur (corps) : 1,8 à 2,1 m.

Longueur (queue) : 40 à 45 cm.

Longueur (cornes) : 15 à 24 cm (exclusivement chez le mâle).

Hauteur (au garrot) : 1,3 à 1,5 m (mâle) ; 1,2 à 1,4 m (femelle).

Poids : 109 à 300 kg (mâle) ; 100 à 213 kg (femelle).

Durée de vie : 10 à 21 ans.

Aire de répartition : sous-continent indien. Introduit aux Etats-Unis (Texas) dès les années 1920, ils y sont désormais abondants (effectif estimé à 37.000 têtes).

Habitat : plaines herbeuses, bois clairs, cultures.

1 (1560)Le 02/06/2014.

Comportement : il est diurne et vit en petits groupes (4 à 20 individus), composés de femelles avec leurs jeunes, ou bien de mâles célibataires. Certains mâles adultes sont solitaires.

Il dispose de sens aiguisés et d'une allure assez rapide (vitesse de 48 km/h en moyenne et de 75 km/h en pointe) qui lui permettent de fuir ses prédateurs comme les Tigres, les Lions d'Asie, les Panthères, les Dholes (chiens sauvages d'Asie) et les Crocodiles. Sa distance de fuite est élevée, jusqu'à 700 m d'un danger potentiel.

Alimentation : herbes, feuilles et fruits.

Reproduction : la gestation dure de 8 à 9 mois. Il y a 1 à 3 petits par portée (généralement 2), qui naissent entre juin et octobre. Les bébés restent cachés dans l'herbe, pendant les jours qui suivent leur naissance.

La maturité sexuelle a lieu à l'âge de 2 ans pour les femelles, à 4 ou 5 ans pour les mâles.

Statut IUCN : préoccupation mineure

Menaces et protection : l'espèce s'adapte à la présence humaine et n'est pas menacée.

Dans certains Etats indiens, elle est considérée comme une "peste" en raison des déprédations qu'elle peut infliger aux cultures, et elle a pu être chassée pour le loisir à certaines époques comme au temps des rois moghols (du 16ème au 19ème siècle), même si le sentiment de vénération, inspiré par la religion hindoue, a tendance a prévaloir.

Additionnellement, elle a été introduite au Texas où elle est devenue commune.

En zoo, c'est une espèce assez fréquemment élevée. 68 parcs en présentent à travers l'Europe (source : Zootierliste, données de juillet 2020) parmi lesquels 13 parcs français.

Au Zooparc de Beauval : un groupe occupe depuis 2010 la plaine asiatique, en cohabitation avec de nombreux autres ongulés (Rhinocéros indien, Cerf axis, Antilope cervicapre), autrefois quelques oiseaux étaient aussi présents mais ce n'est plus le cas aujourd'hui (juillet 2020). Reproduction : 2 femelles sont nées le 06/09/2010.

Le savez-vous ?

  • l'étymologie de cet animal unique en son genre est issue du sanskrit nîla (bleu) et gov (vache). A l'ère moghole on le nommait aussi "nilghor", ce qui signifiait ici "le cheval bleu" !
  • son nom scientifique (issu d'une combinaison de mots grecs et latins signifiant littéralement "le cerf-boeuf qui évoque un chameau-bouc" !!!) lui a été donné par l'explorateur et zoologue allemand Pallas, qui en fit la première description scientifique. Ce nom "composite" rejoint celui d'autres ongulés comme le Takin, lui aussi asiatique et présenté à Beauval.
  • le terme Boselaphus a également été utilisé pour qualifier le Bubale, une grande antilope africaine.
  • les Anglais l'appellent "Blue bull" ("le taureau bleu"), "Nilgai" (étymologie d'origine sanscrite, la même qu'en français) et parfois même "White-footed antelope" ("l'antilope aux pieds blancs !).
  • il est vénéré en Inde depuis l'époque védique (autour de l'an 1.000 avant Jésus-Christ) et les Hindous, qui l'associent à la vache, le considèrent comme un animal sacré.
  • c'est la plus grande antilope du sous-continent indien, et aussi l'unique représentant de la sous-famille des Bosélaphinés avec le Tétracère, une espèce bien plus petite et... munie de 4 cornes ! D'après des analyses basées sur l'ADN, ses cousins les plus proches seraient les bovins vrais (Boeufs, Buffles, Bisons...) et les Tragélaphinés (un groupe d'antilopes africaines qui inclut les Koudous, les Elands, les Guibs d'eau, etc...).
  • aujourd'hui les 2 espèces de Bosélaphinés ne vivent qu'en Asie du Sud (hors introductions récentes, voir ci-dessus) mais des espèces de cette sous-famille vivaient aussi en Europe et en Afrique à la période miocène, il y a environ 8 millions d'années.