1 (2489)Le jeune mâle Théo, le 07/06/2015.

Nom scientifique : Budorcas taxicolor taxicolor

Synonyme : Takin de l'Himalaya, Takin mishmi.

Classe : Mammifères

Ordre : Artiodactyles

Famille : Bovidés

Description : ongulé massif et lourd, à l'allure de bovin, au long pelage laineux de couleur brun doré (avec une crinière sur les flancs et la gorge), aux pattes courtes et à la tête allongée au museau convexe. Le nez est large et nu, les épaules sont plus hautes que l'arrière-train. Le poil est assez court en été mais peut devenir très long (jusqu'à 24 cm) en hiver. Mâle et femelle sont munis de cornes striées à la base, s'incurvant vers l'arrière puis vers le haut. Le mâle a la tête plus foncée que la femelle. Queue brève, souvent cachée sous la fourrure. Pieds munis d'ergots très développés, ce qui est une adaptation à un environnement montagneux. Cet animal est une des plus "petites" sous-espèces de Takin.

1 (3443)Le 10/04/2016.

Longueur (corps) : 2,1 à 2,2 mètres (mâle) ; 1,7 m (femelle).

Longueur (queue) : 12 à 21,6 cm.

Longueur (cornes) : 25 à 30 cm.

Hauteur (au garrot) : 1 à 1,4 m.

Poids : 300 à 350 kg (mâle) ; 240 à 300 kg (femelle). Selon certaines sources, il pourrait être encore plus lourd, jusqu'à 600 kg !

1 (2488)Le 07/06/2015.

Durée de vie : 12 à 18 ans (dans la nature) ; 20 ans ou plus (en captivité).

Aire de répartition : Asie himalayenne (avec plusieurs sous-espèces).

Habitat : montagnes boisées, alpines et rocheuses entre 1.000 et 4.500 mètres d'altitude (le plus souvent au-dessus de 2.000 mètres).

1 (12501)Le 24/04/2018.

Comportement : il vit en petits troupeaux (une vingtaine d'individus) pouvant grossir jusqu'à 300 têtes en été, les rassemblements importants se faisant près des lieux attractifs comme de bons pâturages, des sources chaudes ou des affleurements de sel ; les vieux mâles sont davantage solitaires hors période de reproduction.

Ils se nourrissent de préférence tôt le matin et en fin d'après-midi.

Les Takins pratiquent la transhumance, descendant vers les vallées et les bois à la mauvaise saison et remontant vers la haute montagne en été.

En période de rut, les mâles peuvent combattre à mort. Les mâles comme les femelles déposent leur urine au sol pour indiquer les rapports de domination.

Les jeunes peuvent être assez joueurs avec de nombreux sauts.

Il se déplace assez lentement, mais peut courir sur de courtes distances, c'est aussi un excellent grimpeur.

Quand les Takins se sentent menacés, ils poussent un cri (sorte de "toussement") et se cachent.

Ses prédateurs principaux sont l'Ours à collier, le Léopard et (plus rarement) le Loup gris, le Dhole (chien sauvage asiatique), le Léopard des neiges et le Tigre ; l'Homme l'a beaucoup chassé mais, de nos jours, la chasse est presque toujours interdite même s'il subsiste un braconnage occasionnel.

Alimentation : herbes, feuilles, graminées, bourgeons, pousses de bambou, fleurs, sel. D'après des observations faites dans la nature (Chine), quelque 138 espèces de végétaux forment le régime alimentaire du Takin.

Reproduction : l'accouplement a lieu en juillet et août. Après une gestation de 7 à 8 mois, la femelle donne naissance en mars/avril à un seul jeune qui pèse 5 à 7 kg, qui tient debout 30 minutes après sa naissance, qui peut escalader les rochers dès l'âge de 2 semaines et qui est sevré à 9 mois. Le jeune atteint sa maturité sexuelle vers 3 ans.

Statut IUCN : vulnérable

Menaces et protection : l'espèce est considérée comme menacée, du fait de la chasse (historiquement) et de la destruction de son habitat ; de plus elle est naturellement peu nombreuse. En territoire chinois (Tibet inclus), la population des Takins de Mishmi est estimée à 3.500 individus.

Le Takin de Mishmi se rencontre dans plusieurs aires protégées en Chine (réserve de Nujiang au Yunnan, Cibagou et Dong Jiu au Tibet), au Myanmar et en Inde (parcs nationaux de Namdapha et de Mouling, réserve de biosphère de Dihang-Dibang, sanctuaires de faune sauvage de Dibang et Kamlang). L'espèce est inscrite à l'annexe II de la convention de Washington (CITES) ce qui signifie que son commerce international est réglementé ; elle est protégée par la législation en Chine, Inde et Bhoutan. Depuis la fin des années 1990, le déboisement a été interdit dans les habitats favorables aux Takins en Chine.

Il est élevé dans un certain nombre de parcs zoologiques (à l'heure actuelle, un peu plus d'une trentaine en Europe) où il se reproduit.

Au Zooparc de Beauval : un groupe reproducteur arrivé en 2011 vit dans un grand enclos de la zone chinoise, en cohabitation avec (depuis 2015 au moins) des Canards mandarins et (depuis 2016) un couple de Grues de Mandchourie. Reproduction : oui, plusieurs naissances depuis 2012 :

  • 1 femelle née le 30/01/2012 ;
  • 1 né le 17/03/2012 ;
  • 1 mâle (THEOPHANE ou THEO) né le 02/02/15 ;
  • 1 femelle (LIZA) née le 03/03/2016 ;
  • 1 femelle (SAONA) le 19/02/2017.

Le savez-vous ?

  • malgré son aspect de gnou ou de bovin, c'est en réalité un proche cousin des moutons. Il ressemble également au Boeuf musqué, un ruminant des régions arctiques qui partage certains traits comportementaux avec lui, mais sans y être directement apparenté (phénomène d'évolution convergente).
  • le Takin est l'animal national du Bhoutan, un petit Etat himalayen.
  • cet animal sécrète une substance huileuse (et par ailleurs odorante) qui le protège de l'humidité.
  • pour atteindre des feuilles, un Takin peut se tenir debout sur ses pattes arrière (ce qui lui permet d'arriver à une hauteur de 3,1 mètre !).
  • le mythe grec de la Toison d'Or a pu être inspiré de la fourrure du Takin.
  • son nom est dérivé de la langue mishmi, parlée au Tibet et à l'extrême Nord de l'Inde. Le nom scientifique "Budorcas taxicolor" signifie littéralement "le Boeuf-Gazelle ("Bous"+"Dorcas" désignant ces animaux en grec) à la couleur de Blaireau ("Taxus" en latin)" ! En raison de son aspect étrange, les Anglais le nomment parfois "Cattle Chamois" ("Boeuf-Chamois") ou bien "Gnu Goat" ("Chèvre-Gnou").
  • en Chine, l'animal a le statut de "Trésor National", comme le Panda géant (avec lequel il partage, en partie, l'habitat) !

1 (2494)Le 07/06/2015.